Accueil Offices Prières Chants liturgiques Les Saints Icônes Enseignement Les Sacrements Divers Liens Vidéos

Parole des Anciens

Voici cinq chemins de la conversion : d'abord la condamnation de nos péchés, puis le pardon accordé aux offenses du prochain; le troisième consiste dans la prière; le quatrième dans l'aumône; le cinquième dans l'humilité. Ne reste donc pas inactif, mais chaque jour emprunte tous ces chemins; ce sont des chemins faciles et tu ne peux pas prétexter ta misère ... St Jean Chrysostome

Jésus est ma respiration, plus encore que l'air, à tout instant de ma vie. Il est ma lumière, avant tout autre lumière, ma nourriture et ma boisson, mon vêtement, mon parfum, ma douceur, mon père et ma mère, un sol plus ferme que la terre que rien ne peut ébranler et qui me porte. St Jean de Cronstadt

Tant que l'on voit dans l'autre des défauts, on ne possède pas, soi-même, l'humilité. Aux yeux des humbles, tous paraissent meilleurs que soi, tous semblent bons. Ce qui fait notre malheur, c'est de vouloir trouver en nous la Sainteté, au lieu de l'humilité. Staretz Macaire d'Optino

Si nous avons reçu la pensée, c'est pour connaître le Christ; si nous avons reçu le désir, c'est pour courir vers Lui; si nous avons la mémoire, c'est pour Le porter en nous." Nicolas Cabasilas - La vie en Christ

Celui qui n'aime pas ses ennemis ne peut connaître le Seigneur, ni la douceur de l'Esprit-Saint. Mais celui qui n'a pas reçu le Saint-Esprit ne désire pas prier pour ses ennemis. L'âme qui n'a pas l'amour des ennemis n'aura jamais la paix; elle se tourmentera et fera souffrir les autres. St Silouane

Et si l'on me demandait :" que désires-tu de Dieu, quel don ? "; Je répondrais : " l'esprit d'humilité qui, plus que tout, plaît au Seigneur " St Silouane

Seigneur, dans Ta miséricorde, viens à la recherche de ta créature et montre-toi aux hommes par le Saint-Esprit, comme tu te révèles à Tes serviteurs. Réjouis, Seigneur, par la venue de Ton Esprit-Saint, toute âme affligée. Fais, Seigneur, que tous les hommes qui Te prient connaissent le Saint-Esprit.   Staretz Silouane p 275

Saint Jean Chrysostome a dit :"le premier père spirituel de l'homme est la voix de la conscience", c'est le premier lien spirituel de l'homme avec Dieu. Notre conscience s'éclaire et acquiert la maturité en écoutant la parole de l'Evangile, en faisant le travail intérieur de la prière et en communiant aux Saints Sacrements du Christ. Apostolia Novembre 2014

Saint Jean Chrysostome a dit : "Veux-tu voir ce qu'est l'Eglise et quel est le miracle que produit l'Eglise ? C'est très simple. Entre dans l'église et tu verras que c'est un lieu où tu entres loup et tu sors agneau, tu entres brigand et tu sors Saint, tu entre coléreux et tu sors doux, tu entres homme et tu sors Dieu selon la grâce" Apostolia Novembre 2014

L'Esprit-Saint est la joie de Dieu se déversant sur la création, pour assurer une orientation renouvelée de la création vers son Créateur, le dépassement de la séparation entre Dieu et la créature et donc la réalisation plénière de la créature. La joie de Dieu, concentrée dans le Saint-Esprit, se déverse grâce à Lui dans nos âmes, de sorte que nous sommes introduits dans la Joie même de la Trinité.         Dumitru STANILOE dans Prière de Jésus et Expérience du Saint-Esprit - DDB

Athanase,l' Archevêque d'Alexandrie de Sainte mémoire, supplia Abba Pambo de descendre du désert à Alexandrie. Il descendit donc. Et voyant une actrice, il se mit à pleurer. Ceux qui étaient présents lui demandèrent le motif de ses larmes et il dit :" deux choses m' incitent à pleurer : l'une, la perte de cette femme, l'autre, que je n'ai pas un tel souci de plaire à Dieu que cette femme de plaire aux hommes mauvais"                                                                          Paroles des Anciens

N'imagine pas que tu puisses te libérer des passions et échapper à la souillure des pensées passionnées, si tu portes encore l' arrogance et l' enflure des vertus; car tu ne verras pas la demeure de la paix dans la bonté des pensées, tu n' entreras pas avec joie dans le temple de l'amour, tant que tu te confieras en toi-même et dans tes oeuvres.     Philocalie des Pères Neptiques N. Stethatos p37

La prière de celui qui garde des griefs contre son prochain est impure. Nous ne pouvons et devons adresser des reproches qu'à une seule personne : nous-même. Sans cette accusation de soi, la prière sera aussi vaine que si l'on adressait des reproches, dans son coeur, à autrui.           Le Chemin des Ascètes - Titi Colliander

 Il n' y a pas de félicité plus grande que d'aimer Dieu de toute son intelligence, de tout son coeur et de toute son âme, ainsi que l'a commandé le Seigneur, et son prochain comme soi-même. Lorsque cet amour remplit l'âme, tout la réjouit; mais quand il se perd, l' homme ne trouve pas de repos, il se trouble et accuse les autres de l' avoir offensé. Il ne comprend pas que c'est lui le coupable : il a perdu l'amour de Dieu, il a jugé ou haï son frère. La grâce vient de l' amour pour notre frère et c'est par l' amour pour notre frère qu'on la garde. Mais si nous n'aimons pas notre frère, la grâce Divine ne viendra pas dans notre âme.                                                                              Saint Silouane

Un profond silence est une prière profonde et une prière profonde est un profond silence.
L' intelligence et l' éducation n'ont aucune valeur si elles ne sont pas au service de l'amour.
La plus grande chose qui nous sera demandée au jugement dernier est "pourquoi n'avons-nous pas fait plus attention à notre prochain ? "

                                                                                                 Père Arsenié

Les Saints Pères nous disent tous d'une seule voix : "La première chose à vous mettre dans l' esprit est de ne jamais, en aucune façon, vous appuyer sur vous-même. Le combat que vous allez affronter est extraordinairement ardu et vos seules forces humaines sont absolument insuffisantes pour le mener. Si vous vous fiez à vous-même, vous serez immédiatement renversé et vous perdrez toute envie de continuer la lutte. Seul Dieu peut vous donner la victoire, selon votre propre désir"       Extraits de  le Chemin des Ascètes de Tito Colliander

La meilleure et la plus belle des choses est de s' accueillir réciproquement les uns les autres. Nous n'allons pas être jugés pour ce que nous avons donné ou pas donné aux autres, mais d' après le comment nous avons accueilli notre frère dans notre coeur. Juger mon frère, cela veut dire que je ne l'accueille pas dans mon coeur. Nous pouvons beaucoup jeûner ou faire de grands efforts ascétiques, mais rappelons-nous que ce n'est pas la nourriture qui m'approche ou qui m'éloigne de Dieu, la nourriture qui nous fait entrer ou ne pas entrer auprès de notre Dieu dans le Royaume et qui nous fait ressentir le Royaume en nous-mêmes, c'est notre prochain ! Voilà la clé du Royaume : le Seigneur, ton prochain et toi-même. On ne peut échapper à ce cercle qui nous unit les uns aux autres, qui fait de cette vie, notre Paradis ou notre enfer.                                                                       Monseigneur Joseph

 

Abba Antoine scrutant la profondeur des jugements de Dieu, demanda: « Seigneur, comment se fait-il que certains meurent dans la fleur de l' âge, tandis que d'autres atteignent une extrême vieillesse ?Pourquoi y a-t-il des pauvres et des riches ? Comment des hommes injustes s'enrichissent-ils tandis que des justes sont dans le besoin ? Survint alors une voix qui lui dit : « Antoine, sois attentif à toi-même; car le reste, c'est le jugement de Dieu et il ne te convient pas de le connaître. »

 

"Les vagues sont violentes, la houle est terrible, mais nous ne craignons pas d' être engloutis par la mer,car nous sommes debout sur le roc.
Que la mer soit furieuse, elle ne peut briser ce roc; que les flots se soulèvent, ils sont incapables d' engloutir la barque de Jésus.
Que craindrions-nous ? Dites-le moi : la mort ? Pour moi, vivre, c'est le Christ et mourir est un avantage ( Ph 1,21 ), l' exil ? La terre appartient au Seigneur, avec tout ce qui la remplit ( Ps 23, 1 ), la confiscation des biens ? De même que nous n' avons rien apporté dans ce monde, nous ne pourrons rien emporter ( 1 Tim 6, 7 ), les menaces du monde ? Je les méprise et ses faveurs, je m' en moque; je ne crains pas la pauvreté, je ne désire pas la richesse.
Je ne crains pas la mort, je ne désire pas vivre, sinon pour vous faire progresser. C'est à cause de cela que je vous avertis de ce qui se passe et j' exhorte votre charité à la confiance"
                                                                                              St Jean Chrysostome

 

 

 

"Guérir, c'est recouvrer le Christ. La guérison ne signifie pas la cessation d'une douleur, mais la recouvrance du Christ qui me donne la paix, la constance, l'aspiration au bien, la compréhension de l'autre et l'amour infini et inconditionnel, car tel est le Christ. Gisant dans le péché, je hais, je juge, je dis du mal des autres, je vois leurs fautes et les divulgue à un maximum de personnes ..."
Mgr Joseph, revue Apostolia Nov. 2017

 

 

Lettre Pastorale 

 

Chers frères et soeurs dans le Seigneur,

 

Cette année, les activités de notre Métropole ont eu comme point culminant l'organisation du Congrès de la Métropole et de l'Assemblée Métropolitaine hébergés par L'Evêché Orthodoxe Roumain d'Espagne et du Portugal, au coeur du sanctuaire  de Valle de los Caidos - Escorial, Espagne, les 11-15 juin. Les deux organismes statutaires de notre Métropole, constitués de représentant des Centres éparchiaux, des paroisses et des monastères, clercs et laïcs, représentent un cadre de manifestation pour la communion et la co-responsabilité dans la recherche de solutions aux problèmes communs administratifs et de mission pastorale, mais aussi une bonne occasion pour approfondir des thèmes spirituels importants pour la vie de chacun d'entre nous et pour les communautés au sein desquelles nous vivons notre foi. A cet événement ont participé plus de 170 délégués de toute la métropole.

Comme le Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe Roumaine a déclaré l'année 2014 comme Année Hommagiale Eucharistique des Saints Sacrements de la Confession et de la Communion, les travaux du Congrès de la Métropole ont eu comme sujet d'analyse et de débat ces deux Saints Sacrements. Les conférences présentées et les discussions plénières ou au sein des groupes de travail nous ont aidées à approfondir ces thématiques et à en saisir l'importance dans la vie de chacun d'entre nous et dans la dynamique de la mission des paroisses et des monastères.

Le congrès métropolitain a pour vocation d'apporter un profit spirituel à tout le clergé, aux moines et aux laïcs de nos communautés, c'est pourquoi nous considérons profitable de vous partager les enseignements les plus importants et les conclusions qui sont issues de cette manifestation.

 En premier lieu, nous vous rappelons que tout le service sacramentel de l'Eglise est une manifestation du lien entre l'action de la grâce et la disponibilité de la personne humaine de s'engager dans la voie du salut. En parlant de cette activité sacramentelle de l'Eglise, le Père Dumitru Stalinoae montre qu'à travers le Sacrement du Baptême, chacun devient membre de l'Eglise, à travers une première union avec le Christ, et à travers les autres Sacrements est accentuée encore plus, ou se rétablit, l'union des membres de l'Eglise avec le Christ, son chef, consolidant ainsi l'unité ecclésiale. Les Saints Sacrements, manifestations restauratrices par le travail de la grâce, sont également des remèdes que nous offre le Christ à travers l'Eglise, et qui sont reçus par les fidèles de manière libre et avec tout le discernement, pour la santé de l'âme et du corps. Le Saint Sacrement de la Confession et le Saint Sacrement de la Communion ont un rôle primordial dans l'obtention du Salut. A travers eux, Dieu pardonne nos péchés et nous renouvelle, en tant qu'héritiers du Royaume des cieux. C'est pourquoi, le Christ Sauveur nous parle en nous disant : Je suis le Pain Vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair que je donnerai pour la vie du monde. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. (Jean VI,51;54;56)       

  Ces paroles ont déterminé l'Eglise, dès ses commencements, à considérer ceux qui ne communient pas au Saint Corps et au Saint Sang comme se séparant de l'Eglise comme Corps du Christ. Le Canon 11 Sardique, appuyé par le Canon 80 Trulan montre que l'Eglise ne peut pas tolérer la non-participation à la Divine Liturgie plus de trois dimanche de suite, et les Canons 9 Apostoliques et 2 Antioche nous montrent que la participation est couronnée par la Sainte Communion, et ceux qui participent à la Divine Liturgie, en écoutant l'Evangile et les prières, sans communier, sont considérés par l'Eglise comme "compromettant le bon ordre établi".

Par le Baptême, le chrétien s'est uni au Christ comme par une "greffe" et on sait bien que la greffe, pour ne pas se dessécher, a le besoin vital d'être nourrie par la sève du tronc. de même, chaque chrétien a besoin de cette nourriture, afin de pouvoir avoir la vie en lui. C'est pourquoi le Sauveur appelle Son Corps et Son Sang vraiment une nourriture et vraiment un breuvage (cf. Jean VI,55)

Le fait de rester trop longtemps éloigné de cette nourriture salutaire favorise l'apparition et le développement des maladies de l'âme, contre lesquelles l'homme ne peut lutter tout seul. C'est pourquoi, Saint Ignace d'Antioche, grand martyr tué à Rome pendant les festivités présidées par l'Empereur Trajan à l'occasion de l'inauguration de sa Colonne (113 apr. J.-C.), après sa victoire en Dacie, disait que la Sainte Communion est le remède de l'immortalité (farmakon athanasias). Cette révélation a été assumée par l'Eglise est est exprimée par la prière de préparation pour la Sainte Communion, dans laquelle nous demandons que celle-ci soit pour la guérison de l'âme et de l'esprit ; elle est aussi soutenue par les Saints Pères. Saint Jean Chrysostome nous dit que le Corps et le Sang du Christ reçus par celui qui communie manifestent leur pouvoir de guérison dans tout notre être. Saint Basile le Grand et Saint Jean Damascène nous montrent que les Saints Dons purifient l'âme et le corps de celui qui communie, de tout péché et de toute souillure qui a pu le frapper après le baptême, à cause de sa négligence à vivre conformément aux dons qu'il y a reçus. Saint Nicolas Cabasilas nous montre que le repentir et le combat contre les péchés sont certainement des remèdes, mais s'avèrent inefficaces si on n'y ajoute pas la thérapie fondamentale qu'est la Sainte Communion. Les Saints Sacrements - note le même Père - ont le pouvoir de restaurer [en nous] l'image [de Dieu] dès que celle-ci commence à se déformer, à restaurer la beauté de notre âme, à guérir la matière qu'il y a en nous, dès qu'elle commence à être altérée, et à corriger notre volonté qui a fléchi.

En entendant ces principes vitaux pour le Salut de l'homme, nous nous demandons comment l'homme de nos jours, plein de péchés et cerné par tant d'impuissances et de tentations, peut arriver à s'approcher fréquemment de la Sainte Communion, sans que ce soit pour son jugement ou sa condamnation ? A cette question nous répond d'abord le Saint Apôtre Paul, en disant : Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe (1Cor.XI,28).

Que signifient en fait ces paroles, que chacun s'éprouve soi-même ? Cela signifie qu'il examine sa conscience et qu'il confesse au Christ, devant le prêtre qui est son témoin, tout ce que sa conscience lui signale avoir fait de mal, en identifiant avec celui-ci, comme il le fait avec un médecin pour le corps, les symptômes du péché, et en recevant par lui le remède de la guérison. 

Comme il est dit dans la règle de préparation pour la Confession, le prêtre est un témoin, confessant devant le fidèle qui se repent l'enseignement de l'Eglise et le chemin du Salut, et devant le Christ l'état de repentir et le désir de se corriger devant celui qui confesse. Ceci représente en fait l'essence de la Confession, qui, loin d'être limitée à un simple interrogatoire, ou un jugement, a la vocation d'être une libération et une purification continuelle de l'âme, qui, pour être sereine et tranquille, a besoin d'un permanent renouvellement.

La Confession est aussi appelée un second Baptême, et c'est un renouvellement du vêtement lumineux qui a été souillé par les péchés. Si dans le Baptême nous nous unissons au Christ, la Confession est également la voie vers l'union au Christ dans la Sainte Communion reçue elle aussi pour le pardon des péchés et la vie éternelle . Ainsi l'homme impuissant est soutenu par l'Eglise pour être tiré du péché et il est réintégré au Corps Mystérieux du Christ.

Les deux Saints Sacrements, ensemble, établissent le Fils de Dieu Ressuscité dans nos coeurs, dans la chambre intérieure, là où le Sauveur nous a exhortés à entrer pour prier, le lieu où est accumulé notre trésor. C'est là, dans le coeur, que le fils prodigue rencontre son Père aimant, qui ne l'a même pas laissé achever sa confession, lui faisant miséricorde, car il avait vu son repentir, signe de la restauration de son être.

La restauration de l'être, le repentir, est la voie vers la rencontre avec le Christ. Cet état ne pas être simplement épisodique, au gré des quatre carêmes ou au moins une fois par an. C'est un travail spirituel permanent, qui commence au moment où l'on devient conscient de l'oeuvre accomplie par le Christ en nous, indignes serviteurs, et finit seulement au moment où le Dieu miséricordieux et qui aime les hommes nous appelle à la vie éternelle. Saint Basile le Grand souligne cette vérité en nous disant que Le repentir doit se faire le long de toute la vie.

Le repentir comme changement de l'esprit, comme renoncement au vieil homme, comme éloignement du péché, et accomplissement des vertus, est la voie d'entrée dans la volonté de Dieu, rencontre avec Celui qui désire que tout homme qui vient dans le monde soir sauvé, et se nourrisse par la véritable nourriture et le véritable breuvage (Jean VI,55). Ainsi, de même que la nourriture corporelle donne la force et la vie au corps pour qu'il puisse vivre dans ce monde, ainsi le Corps et le Sang du Sauveur nous donnent la force et nous aident à combattre le péché, dans ce processus du repentir pour obtenir la vie éternelle.

 

Chers fidèles,

Il est bon de savoir que notre premier souci, en tout temps, doit être d'accomplir les commandements et les paroles du Christ Seigneur qui a été crucifié, est mort, est ressuscité et a élevé la nature humaines aux cieux pour nous, dans tout ce que nous pensons, disons ou faisons ! 

Pour pouvoir accomplir le commandement salutaire de la communion à Son Corps et à Son Sang, l'Eglise nous donne aussi bien les moments convenables, que la manière de nous préparer et ainsi chaque jour retrouve son sens dans l'économie du Salut, et le coeur de notre vie commence à battre selon le rythme de la Divine Liturgie.

En faisant attention aux paroles du Seigneur, comme des paroles de la vie éternelle (cf Jean VI,68), toute âme qui s'est unie au Christ par le Baptême, va chercher à les accomplir et les garder, afin de respecter ainsi le commandement de l'amour, comme nous l'enseigne le Seigneur Lui-même : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole (Evangile de Jean XIV,23). C'est pourquoi, dès le commencement, les apôtres et ceux qui les ont suivis, ont cherché à accomplir ces paroles, d'autant plus que le Seigneur les a affermis, la nuit où Il a été vendu, ou plutôt Il s'est donné Lui-même pour la vie du monde, ayant pris du pain dans ses mains saintes et immaculées, ayant rendu grâce, l'ayant béni, consacré, rompu, il le donna à ses saints disciples et apôtres en disant : Prenez, mangez, ceci est mon Corps qui est rompu pour vous, pour la rémissions des péchés. Faites ceci en mémoire de moi (cf Luc XXII,19) De même Il prit la coupe, après le souper, en disant : Buvez-en tous, ceci est mon Sang, de la Nouvelle Alliance, qui est répandu pour vous et pour beaucoup, en rémission des péchés. Faites ceci en mémoire de moi. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. (cf Luc XXII,20; 1 Corinthiens XI,25-26; et la Divine Liturgie de Saint Basile le Grand).  

l'Eglise nous exhorte à nous garder de la piété trompeuse qui nous tient loin de la Sainte Communion mais aussi de prendre garde à ne pas communier avec négligence. Saint Jean Chrysostome dans les prières de préparation pour la Divine Liturgie nous exhorte à dire : Car je ne m'approche pas de toi, ô Christ Dieu avec négligence, mais avec confiance dans ton ineffable bonté, de peur que, complètement privé de communication avec toi, je ne sois saisi par le loup mystique ravisseur.

Cette capacité à s'examiner soi-même pour ressentir la Joie de s'éloigner du péché et rencontrer le Christ en rend digne le fidèle. Nous voir indignes de la Sainte Communion n'est pas une raison de nous éloigner des Saints Dons mais au contraire, c'est un signe de lucidité spirituelle. Personne n'est pur devant Dieu, et personne n'est digne de communier au Tout Saint, mais pourtant, c'est Lui qui se donne aux malades qui ont besoin de guérison. Il est bon de savoir et de comprendre que ce n'est pas nous qui devenons dignes de ce grand don de Dieu, mais c'est Dieu qui nous en digne, lorsqu'Il  trouve en nous un coeur broyé et humilié qu'Il ne méprisera point (Ps 50). Dieu qui est sans péché ne regarde pas le péché, ne ragarde pas par où l'homme a péché, mais il regarde la sortie du péché pour aller vers le Salut. Le vénérable Teognost dit : Nous ne serons pas punis et condamnés dans l'éternité pour avoir péché, mais parce qu'en ayant péché nous ne nous sommes pas repentis et nous n'avons pas quitté la voie mauvaise pour aller vers le Seigneur.

La Sainte Communion n'est donc pas un prix que quelqu'un recevrait pour ses efforts, mais un don de guérison. Le don de la Communion doit être reçu avec une conscience pure dont nous parle Saint Jean Chrysostome dans sa XVIIIeme Homélie sur les Hébreux : Certains chrétiens communiaient plus souvent, d'autres plus rarement, mais ni les habitudes, ni les délais ne doivent vous exhorter à vous approcher (des Saints Sacrements), mais la pureté et l'ascèse de l'âme, l'esprit purifié. Le temps de la communion pour vous doit être la conscience pure.

Voici, donc, que les deux Saints Sacrements représentent ensemble une aide et une arme que nous devons, nous les fidèles, utiliser pour grandir à la ressemblance de Celui qui nous a appelés du non être à l'être.

En tant que pères spirituels, nous les hiérarques du Synode Métropolitain de la Métropole Orthodoxe Roumaine de l'Europe Occidentale et Méridionale, vous exhortons à mener une vie spirituelle zélée pour la confession et la communion, avec le discernement et la conscience pure, sachant que nous nous trouvons dans une guerre spirituelle continuelle, et  qu'il est important de gagner, avec l'aide de Dieu, cette guerre, en nous relevant des défaites passagères, et en demeurant ainsi obeissants à Dieu pour accomplir sa volonté.

Enfin, nous souhaitons vous partager la décision du Congrès de cette année, d'organiser une fois tous les quatre ans la rencontre de tout le clergé et des représentants de plus de 600 paroisses, monastères et ermitages de notre Métropole, lors d'un Grand Congrès, dont le premier est prévu pour l'année 2016, pour avoir la joie de la communion les uns avec les autres, et pouvoir nous nourrir spirituellement de Celui qui nous unit tous, le Christ, notre Vie et notre Salut.

 

Avec nos bénédictions paternelles pour le commencement de la Nouvelle Année Ecclésiale, vos pères qui prient Dieu pour vous,

Le Métropolite JOSEPH et les 4 Evêques de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe occidentale et Méridionale