Accueil Offices Prières Chants liturgiques Les Saints Icônes Enseignement Les Sacrements Divers Liens Vidéos

Parole des Anciens

Voici cinq chemins de la conversion : d'abord la condamnation de nos péchés, puis le pardon accordé aux offenses du prochain; le troisième consiste dans la prière; le quatrième dans l'aumône; le cinquième dans l'humilité. Ne reste donc pas inactif, mais chaque jour emprunte tous ces chemins; ce sont des chemins faciles et tu ne peux pas prétexter ta misère ... St Jean Chrysostome

Jésus est ma respiration, plus encore que l'air, à tout instant de ma vie. Il est ma lumière, avant tout autre lumière, ma nourriture et ma boisson, mon vêtement, mon parfum, ma douceur, mon père et ma mère, un sol plus ferme que la terre que rien ne peut ébranler et qui me porte. St Jean de Cronstadt

Tant que l'on voit dans l'autre des défauts, on ne possède pas, soi-même, l'humilité. Aux yeux des humbles, tous paraissent meilleurs que soi, tous semblent bons. Ce qui fait notre malheur, c'est de vouloir trouver en nous la Sainteté, au lieu de l'humilité. Staretz Macaire d'Optino

Si nous avons reçu la pensée, c'est pour connaître le Christ; si nous avons reçu le désir, c'est pour courir vers Lui; si nous avons la mémoire, c'est pour Le porter en nous." Nicolas Cabasilas - La vie en Christ

Celui qui n'aime pas ses ennemis ne peut connaître le Seigneur, ni la douceur de l'Esprit-Saint. Mais celui qui n'a pas reçu le Saint-Esprit ne désire pas prier pour ses ennemis. L'âme qui n'a pas l'amour des ennemis n'aura jamais la paix; elle se tourmentera et fera souffrir les autres. St Silouane

Et si l'on me demandait :" que désires-tu de Dieu, quel don ? "; Je répondrais : " l'esprit d'humilité qui, plus que tout, plaît au Seigneur " St Silouane

Seigneur, dans Ta miséricorde, viens à la recherche de ta créature et montre-toi aux hommes par le Saint-Esprit, comme tu te révèles à Tes serviteurs. Réjouis, Seigneur, par la venue de Ton Esprit-Saint, toute âme affligée. Fais, Seigneur, que tous les hommes qui Te prient connaissent le Saint-Esprit.   Staretz Silouane p 275

Saint Jean Chrysostome a dit :"le premier père spirituel de l'homme est la voix de la conscience", c'est le premier lien spirituel de l'homme avec Dieu. Notre conscience s'éclaire et acquiert la maturité en écoutant la parole de l'Evangile, en faisant le travail intérieur de la prière et en communiant aux Saints Sacrements du Christ. Apostolia Novembre 2014

Saint Jean Chrysostome a dit : "Veux-tu voir ce qu'est l'Eglise et quel est le miracle que produit l'Eglise ? C'est très simple. Entre dans l'église et tu verras que c'est un lieu où tu entres loup et tu sors agneau, tu entres brigand et tu sors Saint, tu entre coléreux et tu sors doux, tu entres homme et tu sors Dieu selon la grâce" Apostolia Novembre 2014

L'Esprit-Saint est la joie de Dieu se déversant sur la création, pour assurer une orientation renouvelée de la création vers son Créateur, le dépassement de la séparation entre Dieu et la créature et donc la réalisation plénière de la créature. La joie de Dieu, concentrée dans le Saint-Esprit, se déverse grâce à Lui dans nos âmes, de sorte que nous sommes introduits dans la Joie même de la Trinité.         Dumitru STANILOE dans Prière de Jésus et Expérience du Saint-Esprit - DDB

Athanase,l' Archevêque d'Alexandrie de Sainte mémoire, supplia Abba Pambo de descendre du désert à Alexandrie. Il descendit donc. Et voyant une actrice, il se mit à pleurer. Ceux qui étaient présents lui demandèrent le motif de ses larmes et il dit :" deux choses m' incitent à pleurer : l'une, la perte de cette femme, l'autre, que je n'ai pas un tel souci de plaire à Dieu que cette femme de plaire aux hommes mauvais"                                                                          Paroles des Anciens

N'imagine pas que tu puisses te libérer des passions et échapper à la souillure des pensées passionnées, si tu portes encore l' arrogance et l' enflure des vertus; car tu ne verras pas la demeure de la paix dans la bonté des pensées, tu n' entreras pas avec joie dans le temple de l'amour, tant que tu te confieras en toi-même et dans tes oeuvres.     Philocalie des Pères Neptiques N. Stethatos p37

La prière de celui qui garde des griefs contre son prochain est impure. Nous ne pouvons et devons adresser des reproches qu'à une seule personne : nous-même. Sans cette accusation de soi, la prière sera aussi vaine que si l'on adressait des reproches, dans son coeur, à autrui.           Le Chemin des Ascètes - Titi Colliander

 Il n' y a pas de félicité plus grande que d'aimer Dieu de toute son intelligence, de tout son coeur et de toute son âme, ainsi que l'a commandé le Seigneur, et son prochain comme soi-même. Lorsque cet amour remplit l'âme, tout la réjouit; mais quand il se perd, l' homme ne trouve pas de repos, il se trouble et accuse les autres de l' avoir offensé. Il ne comprend pas que c'est lui le coupable : il a perdu l'amour de Dieu, il a jugé ou haï son frère. La grâce vient de l' amour pour notre frère et c'est par l' amour pour notre frère qu'on la garde. Mais si nous n'aimons pas notre frère, la grâce Divine ne viendra pas dans notre âme.                                                                              Saint Silouane

Un profond silence est une prière profonde et une prière profonde est un profond silence.
L' intelligence et l' éducation n'ont aucune valeur si elles ne sont pas au service de l'amour.
La plus grande chose qui nous sera demandée au jugement dernier est "pourquoi n'avons-nous pas fait plus attention à notre prochain ? "

                                                                                                 Père Arsenié

Les Saints Pères nous disent tous d'une seule voix : "La première chose à vous mettre dans l' esprit est de ne jamais, en aucune façon, vous appuyer sur vous-même. Le combat que vous allez affronter est extraordinairement ardu et vos seules forces humaines sont absolument insuffisantes pour le mener. Si vous vous fiez à vous-même, vous serez immédiatement renversé et vous perdrez toute envie de continuer la lutte. Seul Dieu peut vous donner la victoire, selon votre propre désir"       Extraits de  le Chemin des Ascètes de Tito Colliander

La meilleure et la plus belle des choses est de s' accueillir réciproquement les uns les autres. Nous n'allons pas être jugés pour ce que nous avons donné ou pas donné aux autres, mais d' après le comment nous avons accueilli notre frère dans notre coeur. Juger mon frère, cela veut dire que je ne l'accueille pas dans mon coeur. Nous pouvons beaucoup jeûner ou faire de grands efforts ascétiques, mais rappelons-nous que ce n'est pas la nourriture qui m'approche ou qui m'éloigne de Dieu, la nourriture qui nous fait entrer ou ne pas entrer auprès de notre Dieu dans le Royaume et qui nous fait ressentir le Royaume en nous-mêmes, c'est notre prochain ! Voilà la clé du Royaume : le Seigneur, ton prochain et toi-même. On ne peut échapper à ce cercle qui nous unit les uns aux autres, qui fait de cette vie, notre Paradis ou notre enfer.                                                                       Monseigneur Joseph

 

Abba Antoine scrutant la profondeur des jugements de Dieu, demanda: « Seigneur, comment se fait-il que certains meurent dans la fleur de l' âge, tandis que d'autres atteignent une extrême vieillesse ?Pourquoi y a-t-il des pauvres et des riches ? Comment des hommes injustes s'enrichissent-ils tandis que des justes sont dans le besoin ? Survint alors une voix qui lui dit : « Antoine, sois attentif à toi-même; car le reste, c'est le jugement de Dieu et il ne te convient pas de le connaître. »

 

"Les vagues sont violentes, la houle est terrible, mais nous ne craignons pas d' être engloutis par la mer,car nous sommes debout sur le roc.
Que la mer soit furieuse, elle ne peut briser ce roc; que les flots se soulèvent, ils sont incapables d' engloutir la barque de Jésus.
Que craindrions-nous ? Dites-le moi : la mort ? Pour moi, vivre, c'est le Christ et mourir est un avantage ( Ph 1,21 ), l' exil ? La terre appartient au Seigneur, avec tout ce qui la remplit ( Ps 23, 1 ), la confiscation des biens ? De même que nous n' avons rien apporté dans ce monde, nous ne pourrons rien emporter ( 1 Tim 6, 7 ), les menaces du monde ? Je les méprise et ses faveurs, je m' en moque; je ne crains pas la pauvreté, je ne désire pas la richesse.
Je ne crains pas la mort, je ne désire pas vivre, sinon pour vous faire progresser. C'est à cause de cela que je vous avertis de ce qui se passe et j' exhorte votre charité à la confiance"
                                                                                              St Jean Chrysostome

 

 

 

"Guérir, c'est recouvrer le Christ. La guérison ne signifie pas la cessation d'une douleur, mais la recouvrance du Christ qui me donne la paix, la constance, l'aspiration au bien, la compréhension de l'autre et l'amour infini et inconditionnel, car tel est le Christ. Gisant dans le péché, je hais, je juge, je dis du mal des autres, je vois leurs fautes et les divulgue à un maximum de personnes ..."
Mgr Joseph, revue Apostolia Nov. 2017


Une trés belle et profonde conférence sur " le défi d'être orthodoxe aujourd'hui" : https://youtu.be/a6pMyW6xTyY Père Marc-Antoine Costa de Beauregard


Encore une autre magnifique conférence sur " un mot rejeté, blessé - l'ascèse "  : https://youtu.be/katAlqHnZy4  Père Marc-Antoine Costa de Beauregard


Photos de Pâques et des agapes dans Accueil-Photos


Deux nouveaux acathistes, à l'Esprit-Saint et pour les défunts dans Prières-Acathistes

Deux nouveaux textes : Don de la joie et Souvenir de la mort dans Divers

 

Acathiste pour la Sainte Trinité 

 

Kondakion 1

Éternel Roi des siècles, Seigneur de l’univers, Auteur de toute création visible et invisible, Dieu que nous glorifions en la sainte Trinité, devant qui fléchit tout genou au ciel, sur terre et aux enfers, nous les baptisés en ton nom très-saint, malgré notre indignité, nous osons t’offrir ce chant de louange ; toi notre créateur, notre providence et notre juge, écoute l’appel de tes serviteurs, n’éloigne pas de nous ta miséricorde, afin que du fond de l’âme nous puissions te chanter :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Ikos 1

Les Anges, les Archanges, les Vertus, les Principautés, les Trônes, les Dominations, qui se tiennent devant le trône même de ta gloire, ne peuvent soutenir l’intensité de ta perfection ; les Chérubins aux multiples yeux et les Séraphins aux six ailes, se couvrant le visage, seulement se disent l’un à l’autre avec amour et tremblement : « Saint, saint, saint le Seigneur Sabaoth ». Quant à nous qui ne sommes que cendre et rebut, combien plus il nous faudrait garder le silence, mais devant telle tendresse de Dieu qui nous a créés puis rachetés en versant son sang pour nous, afin de ne pas paraître oublieux et ingrats, nous voulons imiter la céleste doxologie en clamant avec amour et foi :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, inexprimable sommet de perfection, insondable océan des mystères divins, saint es-tu notre Dieu, partout présent et remplissant tout, unique et le même, hier, aujourd’hui et à jamais.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu tout-puissant, qui appelles à l’être du néant, qui fais descendre aux enfers et en fais remonter, saint es-tu notre Dieu, qui sondes les cœurs et les reins, qui sais le nombre des étoiles et qui appelles chacune par son nom.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, dont toutes les voies sont vérité, dont les jugements sont droits et précieux, saint es-tu notre Dieu, qui fais miséricorde et rétribues d’âge en âge.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 2

Te voyant là-haut sur le trône élevé, Isaïe s’est écrié : « Malheureux que je suis, moi un homme aux lèvres souillées, j’ai vu de mes yeux le Seigneur Sabaoth. » Mais, lorsqu’une braise ardente portée par l’ange s’approcha de ses lèvres, purement il te loua, Père, Fils et Saint Esprit, unique Dieu. Brûle donc, ô très-sainte Trinité, au feu de ta divinité les ronces de nos nombreuses fautes, pour que d’un cœur pur nous puissions te chanter : Alléluia !

Ikos 2

Cherchant à saisir l’insaisissable Intelligence, le grand prophète Moïse s’écria : « Montre-moi ta face, pour que je puisse te contempler. » Mais tu lui répondis : «C’est de dos que tu me verras, car mon visage ne te sera pas montré : l’homme ne peut voir ma face et rester vivant. » Quant à nous, malgré notre indignité, tu as daigné te montrer à nous sous le visage de ton unique Fils ; aussi dans l’action de grâces, nous te chantons :

Saint, saint, saint, es-tu, Seigneur notre Dieu, qui fais brûler la flamme d’amour dans les Séraphins, Sagesse qui sans cesse illumines les Chérubins, saint es-tu notre Dieu, Roi très-haut des Trônes divins et Seigneur véritable des célestes Dominations.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, invincible force des Puissances d’en-haut et pouvoir élevé des célestes Vertus, saint es-tu notre Dieu, joyeuse nouvelle annoncée par les Archanges, message que les Anges ne peuvent taire à jamais.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, suprême principe des mystiques Principautés et puissant vainqueur de tous les autres ordres célestes déchus, saint es-tu notre Dieu, qui seul possèdes l’immortalité et qui habites l’inaccessible clarté avec tes élus, car tu t’entretiens face à face avec tes amis.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 3

Toi qui maintiens l’univers par la force de ton ineffable puissance, qui par la parole de ton inaccessible sagesse le construis, qui par le souffle de tes lèvres le fais vivre et lui donnes la joie, Créateur universel rayonnant comme triple soleil, tu as mesuré le ciel en palmes et la terre à l’empan, tu portes et nourris toute la création, tu appelles toute chose par son nom, et nul ne peut changer ta droite puissante, non plus que ton regard ; c’est pourquoi, avec toutes les puissances d’en haut et d’en bas, humblement prosternés nous te chantons : Alléluia !

Ikos 3

Ayant toute la création au service de ta volonté, tu te montres partout selon ta providence et tes infinies perfections ; c’est pourquoi, voyant réfléchie en tes œuvres ton éternelle force, ton invisible divinité, dans l’émerveil­lement et l’allégresse nous chantons :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, puissant créateur .de toutes choses visibles ou invisibles, aimable artisan du présent et du futur, saint es-tu notre Dieu, qui de quatre éléments constituas le créé et qui des quatre saisons formas le cycle de l’année.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui ordonnas au soleil de resplendir pendant le jour, à la lune et aux étoiles de briller pendant la nuit, saint es-tu notre Dieu, qui tires les vents de tes trésors, qui habilles le ciel de nuages, qui envoies pluie et rosée pour tempérer la chaleur.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui ornes les collines d’allégresse et de joie les vallées, qui revêts les lis des champs et couronnes les plaines de tes épis, saint es-tu notre Dieu, qui envoies la nourriture aux petits du corbeau, qui abreuves toute bête des champs et combles toutes tes œuvres de ta bonté.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 4

Ayant au-dedans de lui déchaîné la tempête funeste aux âmes, l’hérésie, Arius l’insensé, comme un autre Judas, conteste que tu es le Fils de Dieu, que tu es l’Un de la toute-divine Trinité. Quant à nous, si nous disons qu’autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle de l’Esprit, du Père, du Fils et de l’Esprit Saint nous confessons de cœur et de lèvres l’unique divinité, la même puissance, la coéternelle majesté et, rayonnants de la lumière au triple éclat que nous avons reçue aux fonts baptismaux, devant l’unique Dieu nous nous prosternons en chantant : Alléluia !

Ikos 4

Les pasteurs et les docteurs de la sainte Église, apprenant qu’Arius, en loup funeste, a fait irruption contre le troupeau du Christ, arrachant les brebis à la véritable confession de l’orthodoxe foi, se réunirent en concile à Nicée, proclamant que le Christ n’est pas une créature, mais qu’il est Dieu, honorant, à égalité avec le Père, le Fils et l’Esprit Saint ; de leurs voix retentissantes ont déclaré :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, vrai Dieu unique et non trois dieux, saint es-tu notre Dieu, incréé comme Père, comme Fils et comme Esprit, incréé dans l’unité et non trois êtres incréés.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, Père engendrant le Fils avant les siècles, Fils engendré par le Père intemporellement, Esprit Saint procédant du Père depuis toujours et non point engendré, saint es-tu notre Dieu, Père qui nous appelas du non-être, Fils qui rachetas par ta croix les déchus que nous étions, Esprit Saint qui par ta grâce nous sanctifies tous et nous vivifies.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui pour en faire ta demeure daignas rénover notre triple tente faite d’âme, de corps et d’esprit et n’as pas permis que pour finir elle fût détruite en nous par le péché, saint es-tu notre Dieu, qui as mis le signe de la tripersonnelle divinité en toutes les œuvres de tes mains, dans l’univers visible et invisible.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 5

Trinité précédant tout début et créatrice de l’univers, qui nous as créés à ton image et ressemblance, tu nous as donné l’ordre de faire ce qui est agréable à tes yeux ; mais pour notre malheur ayant préféré notre funeste volonté, nous avons répudié les vœux de notre baptême et nous avons enténébré ton image ; maintenant nous retournons vers toi et te prions : accorde-nous ta grâce, pour échapper aux mains des ennemis visibles et invisibles, et sauve-nous par les moyens que tu connais, afin que dans les siècles des siècles nous te chantions : Alléluia !

Ikos 5

Voyant ta perfection qui dépasse l’entendement et tes bienfaits ineffables envers les malheureux fils d’Adam (car celui qui croit vraiment en toi comme en l’unique et triple divinité, lorsqu’il meurt, est vivifié par l’Esprit, sa conscience souillée est purifiée et de sa déchéance il est sauvé), reconnaissants d’esprit, de cœur et de lèvres, nous tes créatures, nous ployons les genoux et proclamons :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui décidas de créer l’homme, en ton conseil tripersonnel, et qui, prenant son corps de ton doigt, y insufflas de ta bouche un souffle de vie, saint es-tu notre Dieu, qui nous honoras tous de ton image et ressemblance en la personne d’Adam et nous fis hériter les délices du Paradis.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui au-dessus de toute chose visible, nous as élevés par la raison et qui as soumis toute créature inférieure sous nos pieds, saint es-tu notre Dieu, qui nous as donné pour nourriture l’arbre de vie et nous as divinisés par le don de l’immortalité.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui après leur chute n’as pas rejeté nos premiers parents pour avoir désobéi, mais sur l’espérance du salut fis reposer directement le retour en l’Eden, saint es-tu notre Dieu, qui du sein maternel nous as fait sortir nous aussi et qui, après la naissance, par la grâce de l’Évangile, nous as sanctifiés.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 6

Le juste prédicateur, enflammé de zèle pour ton nom, l’admirable Élie, convié par un ange, se tient au mont Horeb ; il y eut un vent violent renversant les montagnes, un grand tremblement de terre et un feu ardent, et ce n’est pas en eux qu’il te vit, car après le feu se produisit un murmure de brise fraîche, et là était le Seigneur ; se couvrant alors le visage avec son manteau, dans l’allégresse et la crainte il s’écria : Alléluia !

Ikos 6

Tu as fait briller, pour éclairer le monde entier, le reflet de ta divinité au triple feu, tu as dissipé tout égarement causé par les faux dieux, tripersonnelle divinité, notre Seigneur ; des séculaires ténèbres du paganisme tu menas tout le genre humain à la merveilleuse lumière de l’Évangile, et, éclairés par elle, nous glorifions ainsi ta providence toute-puissante envers nous :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui sous les eaux du déluge fis périr la création corrompue par le péché et qui, en la personne de Noé, renouvelas tout le genre humain ; saint es-tu notre Dieu, qui du milieu des païens séparas Abraham, le père des croyants, et fondas véritablement l’Église sur sa postérité.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui d’Égypte fis sortir ton peuple et l’as nourri de manne au désert, puis le menas vers une terre ruisselante de miel et de lait ; saint es-tu notre Dieu, qui suscitas David et remplis les prophètes de ton Esprit, et qui par eux maintins la foi dans le Rédempteur promis au milieu d’Israël.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui châtias par la captivité de Babylone ton peuple pécheur et qui pour finir lui as permis de regagner Jérusalem ; saint es-tu notre Dieu, qui pour la foi et les traditions de leurs pères rendis inflexibles jusqu’à la mort les Maccabées et gardas intacte l’assemblée que régissait ta Loi, comme fiancée jusqu’à la venue de l’Époux bien-aimé.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 7

Désirant montrer la grandeur de ton amour et de ta miséricorde envers le genre humain déchu, lorsque approcha la fin des temps, tu envoyas le Fils unique, né d’une femme et soumis à la Loi, pour racheter les sujets de la Loi en vivant comme un homme ici-bas ; par la rédemption de son sang il nous a élevés jusqu’au ciel d’où, remplissant la promesse, il nous a envoyé le très Saint Esprit, afin que tous nous puissions chanter : Alléluia !

Ikos 7

Admirable et nouveau, le prodige que tu nous as montré, Seigneur admirable dans les hauteurs, lorsque, après avoir envoyé sur tes disciples et apôtres choisis le très Saint Esprit, tu les poussas à enseigner le monde entier, pour qu’ils fassent connaître ton nom sublime, très-sainte Trinité, et mettent tous les peuples à l’écoute de la foi. Admirant la force et l’action de leurs divines paroles, nous chantons avec joie :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui du monde as choisi ce qu’il y a de faible, de vil et de fou pour confondre les forts, les notables, les savants, saint es-tu notre Dieu, qui as animé les innombrables chœurs des martyrs afin de confirmer par la multitude des supplices et des morts la vérité de l’Évangile et la force émanant de la grâce du Christ.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as infléchi par le signe de la Croix le cœur de l’empereur égal-aux-apôtres Constantin et par lui as mis fin à la terrible persécution des chrétiens ; saint es-tu notre Dieu, qui sur les sept conciles œcuméniques des Pères théophores as affermi l’Église comme sur sept piliers et l’as rendue inaccessible à la tempête des hérésies.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as permis aux sages docteurs et grands confesseurs de la foi de briller au firmament de l’Église comme astres lumineux, saint es-tu notre Dieu, qui as guidé le maître de la terre russe, Vladimir, vers la lumière de la foi et par lui délivras tout le pays de l’erreur des multiples divinités.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 8

De façon étrange et merveilleuse près du chêne de Mambré, Abraham te vit sous .l’aspect de trois hommes et, s’entretenant comme avec un seul, il déclara « Seigneur, si j’ai trouvé grâce devant toi, ne passe pas près de ton serviteur sans t’arrêter. » C’est donc devant trois, dans les trois personnes qui lui sont apparues, mais devant le Dieu unique par nature, Père, Fils et Saint Esprit, qu’il se prosterna jusqu’à terre en disant : Alléluia !

Ikos 8

Tout entier et toujours, tu es partout présent, non seulement par la force de ta puissance infinie, mais par la richesse de ta providence envers l’entière création ; quant à nous, comme l’a dit le Fils, tous les cheveux de notre tête sont comptés par toi, de sorte qu’il n’en tombe aucun sans ton consentement ; c’est pourquoi, espérant dans ta providence, nous chantons avec assurance et avec amour :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as voulu que tout le genre humain fût divisé en familles et nations et qui à chacune as assigné le lieu et le temps de leur vie ; saint es-tu notre Dieu, par qui règnent les rois et les puissants décrètent le droit, et qui gardes tes élus comme pupille de l’œil.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, de qui procède toute sagesse et raison, toute force et puissance, tout ce qui brille de santé et de splendeur ; saint es-tu notre Dieu, qui mènes et disperses les combats, couronnant les justes armes de trophées, mais destinant les injustes à la ruine, au milieu même des conflits.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui fais des prodiges sur terre et dans le ciel, envoyant grêle, feu et fléaux pour que les gens ne quittent pas sans cesse tes voies ; saint es-tu notre Dieu, qui de terre élèves les humbles, pour qu’avec les princes de ton peuple ils s’assoient, et qui abaisses les superbes, au point que le lieu qu’ils occupaient ne les connaisse plus.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 9

Toute nature, qu’elle soit d’en haut ou d’en bas, sans cesse te glorifie, Dieu d’avant les siècles, notre Créateur : au ciel, les uns proclament jour et nuit : « Saint, saint, saint », les autres déposent leurs couronnes pour en faire l’escabeau de tes pieds ; sur terre, nous-mêmes, avec toute la création, sous l’éclat que nous confère l’image de ton éternelle gloire, nous te prions et, attendant de toi le grand trésor de ta miséricorde, nous chantons : Alléluia !

Ikos 9

Les rhéteurs éloquents, même s’ils s’efforcent de sonder le mystère de la très-sainte Trinité, ne peuvent réaliser que Dieu est un par nature, en trois personnes parfaites ; quant à nous, nous le croyons seulement et le confessons, sans chercher le comment ; et, sachant bien les innombrables bienfaits de chacune des personnes divines envers nous, dans l’action de grâces nous chantons avec foi :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as établi, par ta juste sentence, que nous tous retournerons à la terre dont nous fûmes pris, pour en surgir au dernier jour ; saint es-tu notre Dieu, qui as d’avance arrêté que le soleil, la lune et les étoiles s’obscurciront, que la terre et tout ce qu’elle contient seront transformés par le feu, de sorte qu’à leur place paraissent des cieux nouveaux et une terre nouvelle, où la justice régnera.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as fixé le jour où passeront en jugement toutes les familles et nations, afin que chacun reçoive selon ses œuvres ; saint es-tu notre Dieu, qui au jour de la rétribution diras aux justes : Venez, les bénis de mon Père, héritez le royaume qui depuis la fondation du monde est préparé pour vous.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, que les pécheurs impénitents pourront entendre dire avec effroi : Allez loin de moi, maudits, au feu éternel préparé pour le Diable et ses messagers ; saint es-tu notre Dieu, qui as promis à ton Église de rester jusqu’à la fin du monde inébranlée, de sorte que ne prévalent contre elle même les portes de l’Enfer.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 10

Voulant sauver le monde, tu es apparue au fleuve du Jourdain, divine et sainte Trinité : le Père, dans la voix qui du ciel rendait témoignage au Fils bien-aimé, le Fils, en forme humaine, recevait le baptême d’un serviteur, l’Esprit Saint descendait sous forme de colombe sur le baptisé ; c’est ainsi qu’au nom de l’unique Dieu en trois personnes, Père, Fils et Saint Esprit, par le baptême est illuminé tout homme venant en ce monde et chantant : Alléluia !

Ikos 10

Roi d’avant les siècles faisant briller ton soleil sur les bons et les méchants, qui aimes les justes et qui fais miséricorde aux pécheurs, qui laves les souillures de nos âmes et de nos corps de nous tes serviteurs indignes, veuille faire ta demeure, consume nos pensées impures, efface nos actes inconvenants, dirige notre langue pour que nos paroles te soient agréables et que, dans la pureté du cœur et des lèvres, humblement nous te chantions :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, dont le chœur des apôtres a parlé clairement et que l’assemblée des prophètes sans cesse a contemplé ; saint es-tu notre Dieu, que le cortège des martyrs a confessé fidèlement et dont l’armée des saints moines glorifie le nom très-saint.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, vers qui la multitude des anachorètes ne cesse de soupirer et par qui les exploits des ascètes sont couronnés ; saint es-tu notre Dieu, à qui les pontifes et pasteurs rendent grâce en chantant et les docteurs universels consacrent leur savoir pour notre salut.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, recevant nos prières et l’intercession de tes saints, en particulier de la Vierge très-pure qui tend pour nous les mains vers toi ; saint es-tu notre Dieu : fais de tes saints anges un rempart autour de nous et éloigne de nous les esprits mauvais qui errent sous le ciel.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 11

Tout éloge est incapable de t’offrir l’action de grâces qui t’est due pour tous et pour tout, Dieu glorifié dans la Trinité : il ne se trouve d’intelligence pouvant appliquer sa pensée à la multitude de tes bienfaits envers nous, ni de mot capable de les exprimer ; que du moins pour tous ceux que nous pouvons voir et qui nous sont accordés te reviennent de notre part, très-sainte Trinité, action de grâce, honneur et gloire, dans la mesure où tu le retiens digne de ta majesté et agréable à tes yeux ; et, nous prosternant humblement devant toi, avec amour nous te disons : Alléluia !

Ikos 11

Dans l’action de grâces te reconnaissant comme le luminaire nous donnant la clarté selon tes promesses, qui dans les ténèbres d’ignorance où nous étions nous montras notre future destinée, et désireux de trouver fût-ce une seule des Béatitudes que le Fils unique nous a prêchées, très humblement nous te chantons, avec, foi :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, qui as préparé pour tes élus des biens que l’œil n’a vus, que l’ouïe n’a perçus et dont l’idée au cœur de l’homme n’est pas montée ; saint es-tu notre Dieu, que tous les cœurs purs verront comme il est écrit, et connaîtront comme ils sont connus de toi.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, en qui les affamés et assoiffés de justice trouveront le rassasiement, sans plus connaître la pauvreté ; saint es-tu notre Dieu, par qui seront appelés fils bien-aimés les artisans de paix, amants du bien-aimé Fils qui pacifie le monde entier.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, de qui hériteront la terre les doux et ceux qui ont une âme de pauvre recevront le royaume sans fin ; saint es-tu notre Dieu, qui as promis l’éternelle miséricorde aux miséricordieux et à ceux qui pleurent, l’allégresse sans fin.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 12

Ta grâce toute-puissante, accorde-la-nous, très-sainte Trinité, agrée la confession de nos fautes devant ta glorieuse majesté, ne fais pas fi de nos gémissements, envoie-nous l’esprit de tendresse et d’humilité, afin que, purifiés d’âme et de cœur, nous puissions, sans mériter condamnation, sur terre te chanter comme les anges au ciel : Alléluia !

Ikos 12

Célébrant l’œuvre de salut que tu as entreprise par amour de l’humanité, nous te louons, éternelle Trinité, en ta seule divinité nous croyons, Père, Fils et Saint Esprit, et ne connaissons d’autre Seigneur que toi, devant toi nous nous prosternons en te chantant :

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, sois notre salut pour que nous n’ayons à craindre aucun mal, sois la protection de notre vie, pour ne pas redouter l’ennemi ; saint es-tu notre Dieu, toi qui sauves le pécheur repentant, sauve-nous donc aussi qui avons tant péché.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, toi qui multiplies tes miséricordes envers tous, multiplie-les aussi envers nous, et prends pitié des faibles que nous sommes ; saint es-tu notre Dieu, donne-nous le temps du repentir, ne nous condamne pas à être retranchés comme le stérile figuier.

Saint es-tu, Seigneur notre Dieu, délivre-nous des tentations provenant du monde, du diable et de la chair, affermis-nous en ta foi et ton amour ; saint es-tu notre Dieu, permets-nous de te voir face à face et d’entrer en ta lumineuse chambre pour les noces de l’Agneau.

Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, prends pitié de ta créature déchue pour la gloire de ton Nom.

Kondakion 13

Toute-sainte, vivifiante, indivisible et toute-puissante Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, seul Dieu véritable, notre Créateur, reçois notre présente action de grâces, envoie sur nous ta force et ta grâce, du haut de ton trône saint, afin que, triomphant de nos convoitises charnelles, nous vivions jusqu’à la fin de nos jours en toute piété et pureté, sans cesse louant ton nom très-saint et clamant : Alléluia !