Accueil Offices Prières Chants liturgiques Les Saints Icônes Enseignement Les Sacrements Divers Liens Vidéos

Parole des Anciens

Jésus est ma respiration, plus encore que l'air, à tout instant de ma vie. Il est ma lumière, avant tout autre lumière, ma nourriture et ma boisson, mon vêtement, mon parfum, ma douceur, mon père et ma mère, un sol plus ferme que la terre que rien ne peut ébranler et qui me porte. St Jean de Cronstadt

Tant que l'on voit dans l'autre des défauts, on ne possède pas, soi-même, l'humilité. Aux yeux des humbles, tous paraissent meilleurs que soi, tous semblent bons. Ce qui fait notre malheur, c'est de vouloir trouver en nous la Sainteté, au lieu de l'humilité. Staretz Macaire d'Optino

Si nous avons reçu la pensée, c'est pour connaître le Christ; si nous avons reçu le désir, c'est pour courir vers Lui; si nous avons la mémoire, c'est pour Le porter en nous." Nicolas Cabasilas - La vie en Christ

Celui qui n'aime pas ses ennemis ne peut connaître le Seigneur, ni la douceur de l'Esprit-Saint. Mais celui qui n'a pas reçu le Saint-Esprit ne désire pas prier pour ses ennemis. L'âme qui n'a pas l'amour des ennemis n'aura jamais la paix; elle se tourmentera et fera souffrir les autres. St Silouane

Et si l'on me demandait :" que désires-tu de Dieu, quel don ? "; Je répondrais : " l'esprit d'humilité qui, plus que tout, plaît au Seigneur " St Silouane

Seigneur, dans Ta miséricorde, viens à la recherche de ta créature et montre-toi aux hommes par le Saint-Esprit, comme tu te révèles à Tes serviteurs. Réjouis, Seigneur, par la venue de Ton Esprit-Saint, toute âme affligée. Fais, Seigneur, que tous les hommes qui Te prient connaissent le Saint-Esprit.   Staretz Silouane p 275

Saint Jean Chrysostome a dit :"le premier père spirituel de l'homme est la voix de la conscience", c'est le premier lien spirituel de l'homme avec Dieu. Notre conscience s'éclaire et acquiert la maturité en écoutant la parole de l'Evangile, en faisant le travail intérieur de la prière et en communiant aux Saints Sacrements du Christ. Apostolia Novembre 2014

Saint Jean Chrysostome a dit : "Veux-tu voir ce qu'est l'Eglise et quel est le miracle que produit l'Eglise ? C'est très simple. Entre dans l'église et tu verras que c'est un lieu où tu entres loup et tu sors agneau, tu entres brigand et tu sors Saint, tu entre coléreux et tu sors doux, tu entres homme et tu sors Dieu selon la grâce" Apostolia Novembre 2014

L'Esprit-Saint est la joie de Dieu se déversant sur la création, pour assurer une orientation renouvelée de la création vers son Créateur, le dépassement de la séparation entre Dieu et la créature et donc la réalisation plénière de la créature. La joie de Dieu, concentrée dans le Saint-Esprit, se déverse grâce à Lui dans nos âmes, de sorte que nous sommes introduits dans la Joie même de la Trinité.         Dumitru STANILOE dans Prière de Jésus et Expérience du Saint-Esprit - DDB

Athanase,l' Archevêque d'Alexandrie de Sainte mémoire, supplia Abba Pambo de descendre du désert à Alexandrie. Il descendit donc. Et voyant une actrice, il se mit à pleurer. Ceux qui étaient présents lui demandèrent le motif de ses larmes et il dit :" deux choses m' incitent à pleurer : l'une, la perte de cette femme, l'autre, que je n'ai pas un tel souci de plaire à Dieu que cette femme de plaire aux hommes mauvais"                                                                          Paroles des Anciens

N'imagine pas que tu puisses te libérer des passions et échapper à la souillure des pensées passionnées, si tu portes encore l' arrogance et l' enflure des vertus; car tu ne verras pas la demeure de la paix dans la bonté des pensées, tu n' entreras pas avec joie dans le temple de l'amour, tant que tu te confieras en toi-même et dans tes oeuvres.     Philocalie des Pères Neptiques N. Stethatos p37

La prière de celui qui garde des griefs contre son prochain est impure. Nous ne pouvons et devons adresser des reproches qu'à une seule personne : nous-même. Sans cette accusation de soi, la prière sera aussi vaine que si l'on adressait des reproches, dans son coeur, à autrui.           Le Chemin des Ascètes - Titi Colliander

 Il n' y a pas de félicité plus grande que d'aimer Dieu de toute son intelligence, de tout son coeur et de toute son âme, ainsi que l'a commandé le Seigneur, et son prochain comme soi-même. Lorsque cet amour remplit l'âme, tout la réjouit; mais quand il se perd, l' homme ne trouve pas de repos, il se trouble et accuse les autres de l' avoir offensé. Il ne comprend pas que c'est lui le coupable : il a perdu l'amour de Dieu, il a jugé ou haï son frère. La grâce vient de l' amour pour notre frère et c'est par l' amour pour notre frère qu'on la garde. Mais si nous n'aimons pas notre frère, la grâce Divine ne viendra pas dans notre âme.                                                                              Saint Silouane

Un profond silence est une prière profonde et une prière profonde est un profond silence.
L' intelligence et l' éducation n'ont aucune valeur si elles ne sont pas au service de l'amour.
La plus grande chose qui nous sera demandée au jugement dernier est "pourquoi n'avons-nous pas fait plus attention à notre prochain ? "

                                                                                                 Père Arsenié

Les Saints Pères nous disent tous d'une seule voix : "La première chose à vous mettre dans l' esprit est de ne jamais, en aucune façon, vous appuyer sur vous-même. Le combat que vous allez affronter est extraordinairement ardu et vos seules forces humaines sont absolument insuffisantes pour le mener. Si vous vous fiez à vous-même, vous serez immédiatement renversé et vous perdrez toute envie de continuer la lutte. Seul Dieu peut vous donner la victoire, selon votre propre désir"       Extraits de  le Chemin des Ascètes de Tito Colliander

La meilleure et la plus belle des choses est de s' accueillir réciproquement les uns les autres. Nous n'allons pas être jugés pour ce que nous avons donné ou pas donné aux autres, mais d' après le comment nous avons accueilli notre frère dans notre coeur. Juger mon frère, cela veut dire que je ne l'accueille pas dans mon coeur. Nous pouvons beaucoup jeûner ou faire de grands efforts ascétiques, mais rappelons-nous que ce n'est pas la nourriture qui m'approche ou qui m'éloigne de Dieu, la nourriture qui nous fait entrer ou ne pas entrer auprès de notre Dieu dans le Royaume et qui nous fait ressentir le Royaume en nous-mêmes, c'est notre prochain ! Voilà la clé du Royaume : le Seigneur, ton prochain et toi-même. On ne peut échapper à ce cercle qui nous unit les uns aux autres, qui fait de cette vie, notre Paradis ou notre enfer.                                                                       Monseigneur Joseph

 

Abba Antoine scrutant la profondeur des jugements de Dieu, demanda: « Seigneur, comment se fait-il que certains meurent dans la fleur de l' âge, tandis que d'autres atteignent une extrême vieillesse ?Pourquoi y a-t-il des pauvres et des riches ? Comment des hommes injustes s'enrichissent-ils tandis que des justes sont dans le besoin ? Survint alors une voix qui lui dit : « Antoine, sois attentif à toi-même; car le reste, c'est le jugement de Dieu et il ne te convient pas de le connaître. »

 

"Les vagues sont violentes, la houle est terrible, mais nous ne craignons pas d' être engloutis par la mer,car nous sommes debout sur le roc.
Que la mer soit furieuse, elle ne peut briser ce roc; que les flots se soulèvent, ils sont incapables d' engloutir la barque de Jésus.
Que craindrions-nous ? Dites-le moi : la mort ? Pour moi, vivre, c'est le Christ et mourir est un avantage ( Ph 1,21 ), l' exil ? La terre appartient au Seigneur, avec tout ce qui la remplit ( Ps 23, 1 ), la confiscation des biens ? De même que nous n' avons rien apporté dans ce monde, nous ne pourrons rien emporter ( 1 Tim 6, 7 ), les menaces du monde ? Je les méprise et ses faveurs, je m' en moque; je ne crains pas la pauvreté, je ne désire pas la richesse.
Je ne crains pas la mort, je ne désire pas vivre, sinon pour vous faire progresser. C'est à cause de cela que je vous avertis de ce qui se passe et j' exhorte votre charité à la confiance"
                                                                                              St Jean Chrysostome

 

 

 

Prières pour les malades

Guérison de l'Aveugle-né 

Prières pour la guérison 

de toute maladie

1

Père saint, médecin des âmes et des corps, toi qui as envoyé ton Fils unique, notre Seigneur Jésus Christ, pour guérir toute maladie et nous délivrer de la mort, guéris aussi ton serviteur (ta servante) N . de son infirmité corporelle et spirituelle, par la grâce de ton Christ; et vivifie-le (-la) selon ton bon plaisir, pour qu'il (qu'elle) te rende en bonnes oeuvres l'action de grâces qui t'est due; par les prières de notre très-sainte Dame, la Mère de Dieu et toujours-vierge Marie; par la puissance de la précieuse et vivifiante Croix; par la protection des vénérables et célestes Puissances angéliques; par l'intercession du vénérable et glorieux prophète, le Précurseur et Baptiste Jean; des saints glorieux et illustres Apôtres; des saints et victorieux Martyrs; de nos Pères religieux et théophores; des saints guérisseurs anargyres Côme et Damien, Cyr et Jean, Pantaléïmon et Hermolaüs, Samson et Diomède, Mocius et Anicet, Thallalée et Tryphon; de tes saints et justes aïeux Joachim et Anne, et de tous tes Saints.

Car tu es la source des guérisons, Seigneur notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, Maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

 Amen.                                                                               

Dieu bon et béni, toi le médecin de nos âmes et de nos corps, qui as porté en ta propre chair nos souffrances et nos maladies, au point que par tes plaies nous avons été guéris; toi qui a fait périr la mort par ta mort et nous délivres du tombeau pour nous donner la vie; toi qui as ressuscité Lazare d'entre les morts, aie pitié aussi de ton serviteur (ta servante) N.; de même que tu as visité le belle-mère de Pierre et par ta seule parole en as chassé la fièvre; toi qui as remis leur dette à l'un et l'autre de tes débiteurs et qui as accordé à la Pécheresse le pardon de ses péchés; toi donc, en ta grande miséricorde, longanime Seigneur qui regrettes les maux dont tu frappes l'humanité, regardes vers nous et vers ton serviteur (ta servante) N.; éloignes de lui (d'elle) le mal de tête, le dégoût, l'enflure et la fièvre, délivre-le (-la) de toute terreur, épargne-lui la gangrène, libère-le (-la) de toute superstition relative aux jours néfastes et au mauvais oeil, arrache-le (-la) au démon de midi, à toute douleur et maladie, ôtes l'inflammation, éloignes la souffrance de celui (celle) qui se rappelle la parole du prophète David disant: "Aie pitié de moi, ô Dieu, en ta grande bonté" et, dans ton immense miséricorde, effaces en lui (elle) toute iniquité, toute langueur et toute maladie.

Car tu es le véritable médecin de nos âmes et de nos corps, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, ainsi qu'au Père et au Saint Esprit,maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.

3

Maître tout-puissant, médecin des âmes et des corps, toi qui abaisses et relèves, qui châties et guéris, visites dans ta miséricorde notre frère (soeur) malade N. . Etends ton bras guérisseur et soigne-le (-la), le (la) faisant lever de son lit et l'arrachant à la maladie. Eloignes de lui (d'elle) toute douleur, tout mal et toute épidémie, toute fièvre ou refroidissement. Remets, pardonnes, effaces toutes ses fautes, ses manquements, dans ton amour pour les hommes. Oui, Seigneur, épargnes ta créature, par Jésus Christ notre Seigneur, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen. 

4

Maître et Seigneur notre Dieu, médecin des infirmes et guérisseur des malades, toi qui ne veux pas qu'un seul homme soit infirme, mais le désires en tout temps sain, bien portant et vigoureux, toi-même, Seigneur, penche-toi maintenant sur ton serviteur (ta servante) affaibli(e); dans ta miséricorde, visites et prends en pitié celui (celle) qu'afflige la maladie corporelle, sanctifies l'ouvrage de tes mains, éteins la flamme de la fièvre, apaises toute inquiétude, éloignes toute maladie. Oui, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, de même que tu as fait lever par ta parole le belle-mère de Pierre brûlante de fièvre et l'as invitée à te servir, de même encore maintenant penches-toi sur ton serviteur (ta servante), calmes sa douleur, éloignes de lui (d'elle) les cauchemars et le délire; de même que tu as tiré de prison Pierre ton apôtre coryphée, que tu as délivré l'apôtre Paul de la main du roi Aréthas et Jean ton bien-aimé de la fureur d'Artémis, et comme tu as sauvé jadis le juste Noé de l'effroyable déluge universel, toi-même encore maintenant, Seigneur, tends en esprit ta droite et fais lever ton serviteur (ta servante) malade N.; comme tu as délivré de toute épreuve le juste Abraham, étranger sur cette terre, et que tu as gardé sain et sauf l'admirable prophète Daniel jeté dans la fosse aux lions, toi-même, Seigneur, encore maintenant préserves ton serviteur (ta servante) N.; éteins la fièvre, apaises l'inquiétude, éloignes de lui (d'elle) toute maladie contagieuse, fais le (la) lever de son lit de douleur; comme tu as délivré Jacob de la jalousie de Esaü par la main de ton ange, comme tu as illuminé l'Aveugle en lui rendant la vue, comme tu as délivré le beau Joseph de la colère et de l'envie de ses frères, toi-même encore maintenant délivres de toute maladie ton serviteur (ta servante) alité(e), visites-le (-la) dans ta miséricorde et compassion, relèves-le (-la), vivifies ton serviteur (ta servante) N.; de même que tu as délivré jadis les trois jeunes gens de la fournaise de feu en transformant la flamme en rosée et que tu as purifié les dix lépreux, de même guéris aussi ton serviteur ( ta servante) N., et ne lui rends pas selon ses oeuvres; de même que tu as fait sortir du tombeau, par la force de ta divinité, l'infirme Lazare et que tu as rendu la vue à l'Aveugle-né en l'envoyant à la piscine de Siloé et qu'en un clin d'oeil tu as rendu la santé à celui qui était paralysé depuis trente-huit ans, en lui disant: "Te voilà guéri, ne pèches plus désormais, de peur qu'il ne t'arrive plus grande infirmité"; toi-même donc, Ami des hommes, Seigneur miséricordieux et longanime, prends-moi en pitié et compassion, ne me dessèches pas comme le figuier stérile, sans me donner le temps de me convertir, et ne me jettes pas au fond de la mer, mais dans ta bonté empresses-toi de faire lever ton serviteur (ta servante) N.

Très-sainte Dame, Vierge Mère de Dieu, viens en aide à ton serviteur (ta servante) N.

Invincible, insaisissable et divine puissance de la précieuse et vivifiante Croix, ne méprises pas la prière de ton serviteur (ta servante) N.

Saints Anges et Archanges, Chérubins aux yeux innombrables et Séraphins aux six ailes, Trônes et Dominations, sans cesse priez Dieu pour son serviteur (sa servante) N.

Saints et illustres apôtres Pierre et Paul, ainsi que les autres Disciples et les soixante-dix apôtres, par miséricorde et pitié, empressez-vous de visiter le serviteur (la servante) de Dieu N.

Saints prophètes Moïse, Aaron, David, Elie et Elisée, ainsi que les autres saints prophètes de Dieu, faites lever son serviteur (sa servante) N.

Saints, illustres et victorieux martyrs Etienne, Georges, Démètre, Eustathe, Théodore le Conscrit, Théodore Stratilate, Eustrate, Auxence, Eugène, Mardaire et Oreste, et tous les saints martyrs, priez le Christ, notre Maître et Créateur, pour son serviteur (sa servante) N

Saints docteurs oecuméniques Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome, grand thaumaturge du Christ saint Nicolas, et tous les saints hiérarques, empressez-vous de visiter le serviteur (la servante) de Dieu N.

Saints anargyres et thaumaturges Côme et Damien, Cyr et Jean, Pantaléïmon et Hermolaüs, Samson et Diomède, Photius et Anicet, Thallalée et Tryphon, et tous les saints guérisseurs, venez en aide à ce (cette) malade, le serviteur (la servante) de Dieu N.

Vénérables Pères théophores Antoine et Pierre, Euthyme et Sabbas, Athanase et Onuphre, Syméon et Daniel, Alype, Arsène, Païssios et Jean, tous les saints moines et tous les justes, sans cesse priez le Christ notre Dieu pour son serviteur (sa servante) N.

Toutes les puissances angéliques, Précurseur du Seigneur, Douzaine des Apôtres, et tous les Saints, avec la Mère de Dieu, intercédez pour notre salut.

5

 Venez, tous les peuples, prosternons-nous devant notre Dieu, et prions le Seigneur de donner, en sa grande miséricorde, à son serviteur (sa servante) N. santé et longue vie, et d'éloigner de lui (d'elle) toute inflammation et toute épidémie, toute fièvre et toute douleur... Puisse toute grave maladie, grâce au nom sublime de Jésus Christ, à sa vénérable icône et à la puissance de sa droite, quitter le serviteur (la servante) de Dieu N.,afin que, retrouvant la santé, il (elle) rende gloire à Dieu dans les siècles des siècles.

Amen. 

6

Dieu et Seigneur des puissances, qui dans ta miséricorde règles toute chose pour le bien du genre humain, visites aussi ton serviteur (ta servante) N., qui porte par le baptême, le nom de ton Christ; purifies-le (-la) de tout péché de la chair et de l'esprit, délivres-le (-la) de toute épreuve et tentation; repousses loin de ton serviteur (ta servante) tout assaut de l'ennemi et fais-le (-la) lever de son lit de douleur; rends-le (-la) à ta sainte Eglise  en parfaite  santé d'âme et de corps, afin que, par ses paroles et ses bonnes oeuvres, il (elle) puisse avec tous te glorifier, toi et ton Fils unique Jésus Christ, notre espérance, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.

 7 

Seigneur bon et ami des hommes, miséricordieux et longanime, guéris de toute douleur et maladie ton serviteur (ta servante) N.; mets fin à son infirmité, visites-le (-la) dans ta miséricorde et ta compassion, éloignes de lui (d'elle) toute souffrance et tout mal, afin que, se levant par la puissance de ta main, il (elle) te serve en toute reconnaissance, louant et bénissant avec nous ton nom très-saint et plein de majesté, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Amen. 

 8

Seigneur, Dieu des puissances, visites ton serviteur (ta servante) N.; dans ta miséricorde et ta compassion prends pitié de lui (d'elle), accordes-lui guérison et santé, le (la) délivrant de tout mal corporel et spirituel, relèves-le (-la) de son lit d'infirmité, conduis -le (la) vers ta sainte maison de prière, fais-lui rejoindre ton troupeau choisi, par le Christ notre Seigneur, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.   

9

Maître et Seigneur notre Dieu, toi qui as le pouvoir de remettre les péchés, de sauver les âmes et de guérir les corps par ta grâce,manifestes ta miséricorde envers ton serviteur (ta servante) N. qui souffre de maladie; guéris-le (-la) par ta parole, fais-le (-la) passer de l'infirmité à la santé, de la tristesse à la consolation. Car tu es notre Dieu, celui qui châtie et guérit, et ce pour notre bien. Oui, Seigneur, exauces notre prière pour ton serviteur (ta servante) N.; éloignes de lui (d'elle) la maladie dont il (elle) souffre.

Afin que soit glorifié ton nom très-vénérable et plein de majesté, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen 

10

Seigneur, notre Dieu véritable et ami des hommes, nous t'en prions et supplions, prends pitié de ta créature, chasses loin de ton serviteur ( ta servante) N. toute douleur et maladie, et fais-le (-la) passer de la souffrance à la santé; car tu es notre Dieu, celui qui a changé les pleurs des myrophores en perpétuelle joie; toi qui es venu au Jourdain te faire baptiser par Jean pour accomplir toute justice, toi qui es venu à Béthanie ressusciter Lazare d'entre les morts, toi-même affermis encore maintenant ton serviteur (ta servante) N. et guéris-le (-la) de toute maladie de l'âme et du corps, pour qu'il (qu'elle) puisse te servir et te rendre la louange qui t'est due, Père, Fils et Saint Esprit, Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Amen 

11

Roi céleste, guérisseur de tous ceux qui souffrent depuis de nombreuses années, Seigneur Jésus Christ, Fils et Verbe de Dieu, devant toi tremble l'univers et sur ton ordre s'éloigne toute maladie; c'est toi qui jadis, en agissant sur ses nerfs, as fait cesser l'infirmité du Paralytique; toi donc, notre Maître, relèves également de cette maladie ton serviteur (ta servante) N. et accordes-lui la santé, pour qu'en lui (qu'en elle) aussi  soit glorifié ton nom très-saint et plein de majesté, avec celui du Père et du Saint Esprit, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.

12 

Béni es-tu, Seigneur notre Dieu, médecin des âmes et des corps, toi qui a porté en ton corps nos souffrances et nos maux, si bien que par tes plaies nous avons été guéris; béni es-tu, bon Pasteur, qui es venu à la recherche de la brebis perdue, qui as donné aux hommes accablés la consolation, la vie et la résurrection, qui t'es incarné vers la fin des temps et comme Dieu et Verbe t'es montré sur la terre, conversant avec les hommes, pour le salut du genre humain. Oui, Seigneur, toi qui habites dans les hauteurs et penches ton regard vers les humbles, de même que tu as jadis agréé la prière et les larmes d'Ezéchias, le faisant lever de son lit de douleur et ajoutant à ses jours quinze années de vie, de même que tu as purifié, par ton prophète Elisée, la lèpre de Naaman le Syrien, que tu as ressuscité le fils de la Sunamite, que tu as fait lever la belle-mère de Pierre en proie à la fièvre, que tu as guéri par ton ordre le lépreux, que tu as soulagé de son infirmité celle qui depuis douze ans souffrait d'un flux de sang, lorsqu'elle toucha la frange de tes vêtements, de même que tu as sauvé le serviteur du centurion  à cause de sa foi, que tu as ressuscité des morts le fils unique de la veuve et l'as rendu sain et sauf à sa mère, de même que tu as délivré d' un funeste démon la fille de la Cananéenne, que tu as rendu la vue à l'Aveugle-né en appliquant de la boue sur ses yeux, que tu as vivifié Lazare ton ami, mort depuis quatre jours, et l'as rendu à ses soeurs, de même que tu as donné jadis à tes Apôtres le pouvoir de guérir les maladies et de purifier les lépreux, de même que tu as justifié par ta parole le Publicain et que tu as promis au Larron le paradis lorsque, cloué sur la croix, tu as ôté les péchés du monde, de même que par tes saints Apôtres Pierre et Jean tu as guéri un boiteux devant la Belle Porte et ressuscité des morts Tabitha, que tu as rendu la vie à Eutyque par l'intermédiaire de Paul, que tu as préservé la main de Paul de la morsure du serpent et guéri le père de Publius, en proie aux fièvres et à la dysenterie, par l'intervention de ton apôtre Paul, de même, en ta miséricorde habituelle et ton ineffable amour des hommes, guéris par la puissance de ta main ton serviteur (ta servante) N. du mal qui l'accable. Nous t'en prions et supplions, remets, pardonnes toute iniquité à ton serviteur (ta servante) qui te demande pardon, guéris ses souffrances, délivres-le (-la) des passions, purifies-le (-la) de tout péché du corps et de l'âme, éteins en lui (elle) le feu de la fièvre sous la rosée de ta miséricorde; s'il (si elle) a transgressé l'un ou l'autre de tes commandements, en être porteur de chair et habitant ce monde, s'il (si elle) a péché contre toi de jour ou de nuit, volontairement ou non, sciemment ou par inadvertance, qu'il (qu'elle) a péché dans sa chair ou son esprit et s'est éloigné(e) de ta volonté, toi-même, Seigneur, dans ta bonté et ton amour pour les hommes, relèves-le (la) de ce funeste mal. Oui, Seigneur et Maître, exauces à présent les pêcheurs que nous sommes; au jour où nous t'invoquons, penches ton regard vers nous, en ta bonté, ne te souviens pas des ses fautes passées , délivres-le (la) ainsi que nous de l'éternel châtiment, purifies-le (la) ainsi que nous de tout ce que peut nous suggérer l'ennemi, emplis sa bouche de ta louange, ouvres ses lèvres pour ta glorification, affermis ses mains pour l'accomplissement de tes préceptes, diriges ses pas sur le chemin de ta course, affermissant tous ses membres et son intelligence, par l'intercession de ta Mère toute-pure et de tous les Saints.

Car tu es un Dieu de miséricorde, plein d'amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, ainsi qu'à ton Père éternel et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.  

Lecture de l'Evangile selon saint Matthieu

(IX, 36; X, 1,5,8)

En ce temps-là, Jésus vit une grande foule et il en eut compassion, car les gens étaient las et abattus, comme les brebis sans pasteur. Ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité. Et Jésus leur fit cette recommandation: guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts et chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Lecture de l'Evangile selon Saint Jean

(IV,46-54)

En ce temps-là, il y avait un officier du roi, dont le fils était malade à Capharnaum. Ayant appris que Jésus était venu en Galilée, il se rendit auprès de lui et le pria de descendre guérir son fils qui allait mourir.Jésus lui dit: Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croirez donc pas! -- Seigneur, lui dit l'officier, descends avant que ne meure mon enfant! Jésus lui dit: Va ton fils est vivant! Et l'homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et s'en alla. A peine descendait-il, ses serviteurs, venant à sa rencontre, lui annoncèrent que son enfant était en vie. Il leur demanda à qu'elle heure il s'était trouvé mieux. Il lui dire: Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté. Le père reconnut que c'était l'heure même à laquelle Jésus lui avait dit que son fils était vivant. Et il crut, lui et toute sa maison. Ce fut le second miracle accompli par Jésus lorsqu'il vint de Judée en Galilée. 

Lecture de l'Evangile selon saint Luc 

(IV,38-40)

En ce temps-là, Jésus entra dans la maison de Simon. La belle-mère de Simon était prise d'une forte fièvre, et on l'implora en sa faveur. S'étant penché sur  elle, il menaça la fièvre, qui la quitta; et à l'instant même elle se leva et les servit. Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de maux divers les lui amenèrent: à chacun d'eux il imposa les mains et les guérit.

Lecture de l'Evangile selon saint Matthieu

(IX,18-26)

 En ce temps-là, un chef de synagogue, s'approchant de Jésus, se prosterna devant lui et lui dit: Ma fille est morte il y a un instant, mais viens lui imposer la main et elle vivra! jésus, se levant, le suivit avec ses disciples. Or voici qu'une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze années s'approcha par derrière et toucha la frange de son manteau; car elle se disait en elle-même: Si seulement je touche son manteau, je serai sauvée! Jésus se retourna, l'aperçut et lui dit: Prends courage, ma fille, ta foi t'a sauvée! Et à l'heure même la femme fut guérie. Parvenu à la maison du chef de synagogue et voyant les joueurs de flûte et la foule en tumulte, Jésus leur dit: Retirez-vous, car la fillette n'est pas morte, mais elle dort! Et il se moquaient de lui; mais lorsque la foule eut été renvoyée, il entra, prit la main de la fillette et celle-ci se leva. Et le bruit s'en répandit dans toute la contrée.  

Ode 9

Le Dieu et verbe, en sa sagesse inégalée, * est venu du ciel * renouveler Adam déchu * pour avoir mangé le fruit de perdition; * d'une Vierge sainte il a pris chair pour nous; * et nous fidèles, à l'unisson * dans nos hymnes nous le magnifions.

Mets fin à la tristesse de ton serviteur (ta servante), * et du présent danger * fais cesser la houle déchaînée, * veuilles transformer ses pleurs * en allégresse continue, * afin qu'avec amour et foi * sans cesse il (elle) te puisse magnifier.

Par notre voix ton serviteur (ta servante) s'écrie: * Puisse la multitude * de mes nombreux forfaits * ne pas l'emporter sur l'abondance * de ta miséricorde, Seigneur compatissant, * mais selon ta coutume prends pitié de moi, * sauves-moi, délivres-moi de tout mal.

Gloire: Epargnes-moi, Seigneur, épargnes-moi, * lorsque tu viendras me juger, * ne me condamnes pas au feu, * ne me châties pas, dans ta colère; * la  Vierge  t'en supplie, qui t'a porté, ô Christ, * avec elle aussi les Anges si nombreux, * ainsi que le choeur des Martyrs.

Maintenant: Vierge toute-sainte, avec les Serviteurs incorporels, * avec les Anges saints, * les Apôtres, les Prophètes, les Martyrs, * avec tous les Justes, * supplies l'unique Dieu, * la Bonté suprême, de sauver * de tout mal ton serviteur (ta servante).

Il est vraiment digne de te bénir, * Mère de Dieu, * toujours bienheureuse et toute immaculée, * et la Mère de notre Dieu.l

Plus vénérable que les Chérubins * et plus glorieuse que les Séraphins, * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions. 

Que tous les Anges dans le ciel, * le Précurseur du Seigneur, * les Apôtres et tous les Saints* avec la Mère de Dieu intercèdent pour notre salut.

Mère souveraine du Rédempteur, * agrées la prière de tes indignes serviteurs; * sois notre médiatrice devant ton fils, * Reine du monde, plaides en notre faveur.

Père saint, médecin de nos âmes et de nos corps, toi qui as envoyé ton Fils unique, notre Seigneur Jésus Christ, pour guérir toute maladie et nous délivrer de la mort, guéris aussi ton serviteur (ta servante) N. de son infirmité corporelle et spirituelle, par la grâce de ton Christ, et vivifies-le (la) selon ton bon plaisir, afin qu'il (qu'elle) puisse te rendre , par ses bonnes oeuvres, l'action de grâce et l'adoration qui te reviennent; par les prières de notre Dame glorieuse et toute bénie, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints. Car tu es la source des guérisons, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.